Un homme vivant dans sa voiture est mort

HendaiaMAnterolaXabier Manterola, élu d’Hendaia Biltzen à Hendaye et militant  EHBai

Jusqu’ici, doux et clément, l’hiver est soudainement devenu meurtrier. Une personne sans domicile fixe est décédée dans sa voiture à Hendaye dans la nuit de mardi 6 au mercredi 7, victime de la vague de froid qui s’est abattue cette nuit-là, ou de ses conséquences. Un drame qui rappelle que « mourir de froid » n’est pas qu’une expression. Les dommages sur le corps peuvent être sérieux, en particulier lorsque le changement des températures est brutal.   Ce qui a été le cas cette nuit-là. Qu’a-t-on-loupé ? Malgré les enquêtes, les maraudes de la Croix Rouge, le travail de Txoko, l’aide alimentaire des associations caritatives, un centre hivernal ouvert par la municipalité… On en arrive là : un homme vivant dans sa voiture est mort à Hendaye.

Merci à vous, les bénévoles, qui doivent être démuni.e.s face à cette situation… mais n’est-il pas nécessaire de compléter ces équipes avec un ou une travailleur·euse social ?

On peut entendre et lire que c’est un choix de vie de certains et certaines SDF et qu’ils et elles ne veulent pas prendre la main qui leur est tendue. Peut-être ! Si on en reste à ce moment précis de leur vie. Mais si on regarde en amont on doit se poser la question de qu’a-t-on fait (ou pas fait) nous, les élu.e.s, pour ne pas en arriver à ce point de non-retour ? Comment une personne peut-elle refuser un toit, même précaire, lorsque il fait -0 dans la rue ?

Le contexte social qui s’est dégradé avec la crise économique et sanitaire, a généré une augmentation de la précarité financière et du nombre de personnes concernées par cette précarité. S’ajoute à cela une précarité sociale pour une grande partie du public concerné. Il s’agit notamment de publics exclus, en ruptures familiales, etc.

Accompagnement par l’hébergement et le logement

Il convient donc d’accompagner ces personnes dans les situations d’urgence où elles se trouvent, notamment par l’hébergement et le logement.

Nous devons agir pour un territoire inclusif, sans distinction de classe ou d’origine et en respectant le choix de tout un chacun et chacune.

Il faut construire à l’échelle du Pays Basque un observatoire de la précarité, afin soutenir et impulser les initiatives et projets des communes, des partenaires et bailleurs sociaux.

Il faut construire à l’échelle du Pays Basque
un observatoire de la précarité,
afin soutenir et impulser
les initiatives et projets des communes,
des partenaires et bailleurs sociaux.

Les PLH et PLU doivent s’emparer de ces questions et apporter une plus grande visibilité sur nos choix et priorités sur la question du logement.

Les intentions du PLH présenté par la Communauté d’Agglomération Pays Basque sont de « Produire moins, Produire mieux ». Mais dans les faits j’ai du mal à voir quels sont véritablement les leviers que ce PLH activera pour assurer un logement abordable pour tous et toutes.

Nous devons nous référer au Contrat Territorial du Pays Basque qui préconise de mettre en place un Plan Urgence Logement, en aidant à la production de logements locatifs sociaux sous maîtrise d’ouvrage bailleurs et des communes. Ainsi, il s’agit de parvenir à définir une politique habitat répondant à la fois à des objectifs quantitatifs, mais aussi qualitatifs : redynamiser la production de logement social ; définir une stratégie foncière: réinvestir le parc de logements existants de manière volontariste ; renforcer les moyens en faveur du logement des plus démunis.

Ou en sommes nous aujourd’hui ?

Sur notre commune, à Hendaye, le PLU prévoit un emplacement réservé et des servitudes de logements sociaux ; il appartient à notre collectivité d’être à l’initiative et d’engager une politique de maîtrise d’ouvrage publique afin de concrétiser des projets répondant aux besoins du territoire et de ses habitant·es.

C’est de notre responsabilité en tant qu’élu·es d’apporter des solutions qui répondent aux besoins des habitant·es de ce pays, et non aux besoins du marché immobilier.

Nous ne devons pas nous y soustraire et répondre «il ou elle ne voulait pas être aidé·e ».

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).