Vaincre et convaincre

Omenaldia - 2022-12-05 - Biarritz
Omenaldia – 2022-12-05 – Biarritz

Textes dits lors de la messe des obsèques de Jakes Abeberry, le 5 décembre 2022, ainsi que lors de l’hommage public qui lui a succédé.

Aña Mari Grenié

« Un être d’exception… notre Pays Basque a perdu un homme d’exception, un guide, un visionnaire, un constructeur ». Ces mots ne sont pas de moi mais, vous l’admettrez, pourraient très bien s’appliquer à l’homme que nous accompagnons aujourd’hui. Ces mots, Jakes me les avait dictés début juin 2021 pour son avant-dernier éditorial d’Enbata. Il rendait hommage à Mixel Berhocoirigoin, le paysan-syndicaliste, l’artisan de paix, l’ami. Celui-là même qui avait voulu associer Basques des villes et Basques des champs pour construire ensemble un nouveau pays.

Est-ce justement parce qu’il était de la ville que Jakes prit tout jeune conscience de la débasquisation galopante du pays ? À la fin de la seconde guerre mondiale, à Biarritz, certes l’on chantait et l’on dansait basque, mais on l’entendait beaucoup moins parler. Et, en octobre 1949, au lendemain du crash de l’avion qui menait Marcel Cerdan à New York, Jakes eut une révélation de la situation tragique du Pays Basque. Cinq bergers basques avaient également péri dans ce crash. On n’en parlait guère. Mais ces bergers symbolisaient le drame d’un pays qui était en train de se vider de sa jeunesse.

Jakes devenait alors « abertzale »… il avait choisi sa patrie et nourri des convictions qu’il partageait avec les fondateurs d’Enbata. Rien d’évident pour la société basque de l’époque et l’expression « Enbata zikina! » est restée dans les mémoires. Il en fallait du courage, de l’obstination et de l’abnégation.

Ces histoires, je les entendais maintes fois dans notre bureau partagé de la mairie de Biarritz. La contrainte du temps m’oblige à passer sous silence des décennies de réunions, de campagnes électorales, de manifestations, de pétitions, de distribution de tracts, de rédactions d’Enbata….

Et nous voilà à partir de 1991 et pour 18 ans dans ce bureau de deuxième adjoint au maire de Biarritz, délégué à la culture puis plus tard aux « Grands travaux ». Autant le dire ce ne fut pas un long fleuve tranquille ! Mais ô combien passionnant. Et puis aussi : heureux ! Il aimait tant rire ! Sur le plan politique, il était devenu pour le monde médiatique, « l’incontournable Abeberry ».

Pour le monde abertzale, et tout particulièrement pour ses « adixkide », sa famille politique de Biarritz Autrement, tel le phare de Biarritz, il était notre guide. Peio Etcheverry-Ainchart l’a qualifié d’Aitatxi de tous les abertzale. D’une intelligence lumineuse jusqu’au dernier souffle. Son avis était attendu, écouté, parfois redouté et évidemment souvent contesté. Il aimait passionnément le débat.

À son arrivée « aux affaires » comme il le disait, certains imaginaient qu’il n’y aurait désormais plus que txistu et fandangos dans les rues de Biarritz. Il y en eut, bien heureusement et je cite au passage, la création de la Banda municipale de txistu avec Iñaki Urtizberea, l’harmonie municipale avec André Lassus. Mais la première surprise pour les Biarrots fut de découvrir la création artistique en direct pendant un mois à deux pas d’ici, sur le plateau de l’Atalaye, avec 10 sculpteurs dont 4 Géorgiens inoubliables. Ce fut le premier Temps d’Aimer les Arts, Temps d’Aimer qui devint plus tard le Temps d’Aimer la Danse. Culture d’ici, culture d’ailleurs, culture universelle.

Dès le départ, afin d’organiser festivals et événements culturels en tout genre, il créa Biarritz Culture. Mais au-delà de l’activité intense de Biarritz Culture, Jakes était en relation avec tout le tissu culturel biarrot. Tout l’intéressait. L’histoire et la préhistoire de Biarritz. Depuis les grottes souterraines du plateau du phare jusqu’au musée historique de Biarritz, la crypte de cette église qu’il transforma en lieu d’exposition. Le Colisée rénové pour le théâtre, le cinéma, le chant, la danse, la musique, les arts plastiques, je ne peux tout citer. Mais le plus important, je crois, c’était qu’il était à l’écoute de tous, attentif à la plus modeste des associations. Jakes respirait Biarritz, vivait Biarritz, il portait en lui son histoire et imaginait son avenir.

Évidemment, son action et celle de ses colistiers abertzale se porta naturellement vers le monde culturel basque et en tout premier lieu la défense de l’euskara. L’ikastola, la crèche bascophone, les locaux d’AEK, la signalisation bilingue, la création d’un bureau de la langue basque, les fonds basques de la médiathèque, entre autres…

Enfin, je ne peux oublier les nombreuses interventions publiques ou discrètes en soutien aux militants basques pour lesquels il avait un profond respect. Jakes était passionné de politique, de politique basque en premier.

Et le 2372e édito d’Enbata, son dernier, s’adressait à la jeunesse : à 92 ans Jakes comprend et soutient encore leur radicalité. Mais prévient : pour vaincre, il nous faut convaincre. Et respecter l’autre.

Le respect de l’adversaire politique, il y tenait. L’attaque visant les idées, non les personnes.

À quelques semaines de son départ, il me réclamait encore tous les documents afférents au congrès d’Euskal Herria Bai qui vient d’avoir lieu ce 26 novembre. Je veux d’une manière ou d’une autre y participer, me disait-il. Je voudrais connaître les tendances…

Ce 26 novembre à Bayonne, la photo est belle…les jeunes reprennent le flambeau. Gu sortu ginen enbor beretik sortuko dira besteak, burruka hortan iraungo duten zuhaitz-ardaska gazteak.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).