Hold up au Sénat

PrintFriendly and PDF

Alors que l’industrie semencière pu-blie des bilans financiers de plus en plus outrageusement bénéficiaires confortés par des subventions étatiques toujours plus importantes, le Sénat a décidé de compléter ses bénéfices en prenant encore un peu d’argent dans la poche des agriculteurs qui ne peuvent déjà plus faire face à l’aggravation des crises climatiques et économiques.
La proposition de loi adoptée le 8 juillet en première lecture vise à interdire aux agriculteurs d’utiliser une partie de leur propre récolte comme semences pour les obliger à acheter celles de l’industrie ou, pour certaines espèces comme le blé, à les y autoriser en échange du paiement de royalties à la même industrie. Elle s’attaque ainsi à des pratiques essentielles pour les agriculteurs qui doivent et peuvent adapter leurs cultures aux changements climatiques, aux crises économiques et à la diminution des intrants chimiques.
C’est le fondement même de l’agriculture et les droits des paysans pourtant reconnus dans les traités internationaux qui sont ainsi remis en cause. Ce n’est en effet qu’en échangeant entre eux et en ressemant pa-tiemment d’année en année leurs propres semences que les agriculteurs ont sélectionné toutes les plantes qui nous nourrissent aujourd’hui et qui ont la capacité de s’adapter au territoire, ce que ne permettent pas les semences industrielles. Aucun sénateur n’a pu expliquer pourquoi il serait légitime que l’industrie, qui n’a jamais rien payé pour utiliser toutes les semences qu’elle a prises dans les champs des paysans afin de sélectionner les siennes, puisse aujourd’hui exiger des royalties aux agriculteurs qui les réutilisent! On peut se demander tout comme la sénatrice Marie-Christine Blandin si «les fabricants de pâte à tarte ne vont pas de même nous interdire demain de faire des tartes à domicile».
La Confédération Paysanne remercie les sénatrices et sénateurs qui ont combattu ce texte et appelle les députés à le refuser massivement s’il venait à leur être proposé.

Philippe Collin
porte-parole de la Confédération paysanne
Guy Kastler
responsable de la commission semences