La part de Colibri du Pays Basque

PrintFriendly and PDF
Txetx Etcheverry
Txetx Etcheverry
Animateur de la Fondation Manu Robles-Arangiz en Pays Basque nord, impliqué dans différentes alternatives sociales et écologiques locales et dynamiques de construction nationale basque.
D'autres articles
24 personnalités appellent à Alternatiba

24 personnalités appellent à Alternatiba (www.liberation.fr/terre/2013/09/26/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs_934959)

A quelques jours d’Alternatiba, Village des alternatives sociales et écologiques, qui se déroulera dimanche 6 octobre à Bayonne, Txetx Etcheverry, un des organisateurs de cet événement exceptionnel, pointe la lourde responsabilité de notre génération dans la lutte contre le changement climatique. Mais, ajoute-t-il, en organisant cette journée de mobilisation le Pays Basque aura fait sa part de Colibri dans cette bataille gigantesque et décisive.

C’est une très vieille légende amérindienne : un incendie se déclenche dans la forêt. Tous les animaux fuient à toute vitesse. Tous, sauf un  minuscule colibri qui vole en sens inverse et fait l’aller retour de la rivière à la forêt en flammes, avec un peu d’eau dans le bec, pour la lâcher sur l’incendie. Voyant cela, un toucan à l’énorme bec se moque du colibri : « tu crois vraiment que tu peux éteindre cet énorme incendie avec les malheureuses gouttes d’eau que peut contenir ton petit bec ? ». « Non, je sais bien » lui répond le colibri, « mais au moins je fais ma part ».

Depuis un an déjà, il se prépare en Pays Basque un évènement exceptionnel, Alternatiba, qui se tiendra à Bayonne le dimanche 6 octobre, quelques jours après la publication du 5ème rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur le changement climatique en cours. Depuis 6 mois, plus de 100 bénévoles travaillent à organiser les 15 espaces différents qui constitueront ce Village des alternatives sociales et écologiques. Ils organisent également les animations, concerts, repas etc. qui auront lieu du matin au soir dans le Petit et le Grand Bayonne.

Le jour même d’Alternatiba, ce ne seront pas moins de 1000 personnes qui seront à pied d’oeuvre, avec 100 conférenciers, 200 artistes,  200 exposants, 500 bénévoles, la plupart du Pays Basque.

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs

L’engagement militant est à la hauteur du défi qu’il entend relever. Selon les scientifiques, la bataille pour éviter à l’humanité de connaître à l’horizon 2035-2045 le franchissement du seuil dangereux des +2°C (sur une température moyenne du globe terrestre d’environ 15°C) se joue, se gagne ou se perd dans la décennie qui vient. Il en va de même pour éviter de connaître les hausses (pourtant probables si nous ne changeons rien) de 4 à 5°C à l’horizon 2100 qui bouleverseraient de manière dramatique les conditions de vie humaines sur terre.

Notre génération a donc une lourde responsabilité sur les épaules, qu’elle ne relève pourtant pas jusqu’à présent. « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac en parlant du dérèglement climatique en cours, tout en continuant à regarder ailleurs lui aussi, comme hélas ses successeurs.

Depuis l’éclatement de la crise financière et économique et l’échec du Sommet de Copenhague, la mobilisation citoyenne sur le climat a connu un reflux radical en Europe. Dans toute l’Europe ? Non, pas tout à fait, pas dans un petit coin à l’histoire récente marquée par l’intensité de l’engagement militant, et par la richesse des alternatives sociales, culturelles, économiques, agricoles ou environnementales lancées ces dernières décennies. Là, en Pays Basque, un des innombrables collectifs nés en 2009, dans la dynamique de mobilisation internationale engendrée par le sommet de Copenhague sur le changement climatique, n’a pas connu de reflux et s’est au contraire considérablement renforcé depuis.

24 personnalités appellent à Alternatiba (www.liberation.fr/terre/2013/09/26/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs_934959)

24 personnalités appellent à Alternatiba (www.liberation.fr/terre/2013/09/26/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs_934959)

Le projet Alternatiba :

Aujourd’hui, c’est à l’initiative de ce collectif, Bizi, qu’a été lancé il y a plus d’un an de cela le projet Alternatiba, qui reçut dés 2012 le parrainage prestigieux de Stépahen Hessel. La richesse militante et le dynamisme associatif du Pays Basque ont fait le reste, et peu à peu, le pari fou, présenté publiquement et internationalement lors du Forum Social Mondial de Tunis fin mars 2013 a pris.

Il s’agit ni plus ni moins avec Alternatiba de contribuer à relancer la dynamique de mobilisation citoyenne autour du défi climatique en Europe, dans la perspective d’un Sommet de Copenhague bis, qui doit se tenir fin 2015 à…Paris.

Le premier objectif est d’ores et déjà gagné : marquer la publication du 5ème rapport du GIEC par une importante mobilisation populaire, un important rendez-vous citoyen d’appel à l’engagement et au changement. 60 organisations et grands réseaux (comme Greenpeace France, Biocoop, la Confédération Paysanne, ATTAC-France, Los Amigos de la Tierra-Espagne, les syndicats basques Lab et ELA, les Fondations Nicolas Hulot ou Danielle Mitterrand, les réseaux européens EYES ou Climates…) appellent à se retrouver à Bayonne les samedi 5 et dimanche 6 octobre.

Réussir pleinement le rendez-vous du 6 octobre
doit permettre de lancer une vague de Villages des alternatives
à travers l’Europe, pour créer une dynamique populaire,
un rapport de force qui ne laisse pas les multinationales
et les différents lobbies économiques
être seuls à faire pression
sur les négociations internationales sur le climat.

L’enjeu est énorme :

Réussir pleinement ce rendez-vous doit permettre de lancer une vague de Villages des alternatives à travers l’Europe, pour créer une dynamique populaire, un rapport de force qui ne laisse pas les multinationales et les différents lobbies économiques être seuls à faire pression sur les négociations internationales sur le climat, actuellement en cours et préparant le sommet mondial qui se tiendra fin 2015 à Paris. L’enjeu est énorme : non seulement éviter l’aggravation radicale et irréversible des changements climatiques en cours, mais empêcher les multinationales d’imposer leur fausses solutions, inefficaces et dangereuses comme les marchés carbones, les agro-carburants, le nucléaire, la financiarisation de la nature ou la géo-ingénierie.

Le Pays Basque aura ainsi fait sa part de Colibri dans cette bataille gigantesque et décisive, mais dans laquelle chacun(e) peut aujourd’hui emmener  sa pierre à l’édifice, dans son quotidien, à son humble niveau, comme le démontrera le Village des alternatives installé à Bayonne le 6 octobre.

24 personnalités appellent à Alternatiba (www.liberation.fr/terre/2013/09/26/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs_934959)

24 personnalités appellent à Alternatiba (www.liberation.fr/terre/2013/09/26/notre-maison-brule-et-nous-regardons-ailleurs_934959)

Notre maison brūle et nous regardons ailleurs

24 personnalités appellent à Alternatiba

 

Pour sauver le climat, « il est minuit moins cinq » affirmait récemment le Président du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Plus personne, hélas, ne peut douter de la gravité du dérèglement en cours : « cyclones, tornades, inondations, tempêtes et sécheresses… Entre 1980 et 2011, les catastrophes climatiques ont coûté la vie à quelque 30.000 personnes et occasionné plus de mille milliards de dollars de dégâts sur le continent nord-américain, indiquait une étude du réassureur allemand Munich Re publiée en octobre 2012. En trente ans, le nombre de catastrophes climatiques a presque quintuplé en Amérique du Nord alors qu’il a été multiplié par 4 en Asie, par 2,5 en Afrique et qu’il a doublé en Europe ».

Et ce que nous vivons aujourd’hui est bien peu de choses par rapport à ce que subiront nos enfants si nous ne sommes pas capables de relever très vite le défi climatique : le franchissement possible du seuil des +2°C (hausse de température moyenne du globe terrestre à partir de laquelle l’impact sur les écosystèmes est de grande ampleur) n’était décrit qu’à l’horizon 2100 il y a quelques années à peine. Mais un communiqué publié en juin 2013 par le CNRS informe que ce seuil pourrait être franchi entre 2035 et 2045 pour le scénario le plus sévère qui est, hélas, celui que suit la courbe actuelle de nos émissions de gaz à effet de serre. Nous voyons -quasiment en direct- la situation s’aggraver de manière terrible et les échéances se rapprocher dangereusement.

Rien n’a changé depuis le célèbre constat “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”. Pire, depuis l’échec du Sommet de Copenhague en 2009 et l’éclatement de la crise financière, l’urgence climatique semble avoir disparu de l’agenda des décideurs.

Le projet Alternatiba

Le projet Alternatiba est né dans ce contexte. Il veut contribuer à relancer une mobilisation citoyenne, au niveau européen, dans la perspective d’un sommet décisif pour les négociations internationales sur le climat qui se tiendra fin 2015 à Paris. Le dimanche 6 octobre, à Bayonne, nous serons des milliers à nous retrouver pour débattre des questions climatiques.

L’objectif d’Alternatiba est de montrer toutes les solutions possibles pour s’attaquer aux causes du changement climatique, au niveau local comme au niveau global.

Prendre l’angle des alternatives concrètes permet de rompre avec le sentiment d’impuissance face à ce défi sans précédent pour l’humanité. Il s’agit également d’expliquer que la lutte contre le changement climatique concerne la plupart des aspects de notre vie et de notre société : politiques énergétiques bien sûr, mais également aménagement du territoire, modèle d’agriculture, partage du travail et des richesses, modes de consommation ou de transports etc. Lutter contre le dérèglement climatique n’est pas forcément une contrainte mais plutôt un élan formidable sur lequel l’avenir peut se construire.

Cette approche a également l’avantage de montrer que les solutions ne viendront pas seulement “d’en haut” mais qu’elles peuvent aussi être mises en œuvre au quotidien, à un niveau local ou régional, individuel et collectif.

Avec Alternatiba, il s’agit de marquer les esprits par une journée dont l’écho portera loin, par le biais des médias, des réseaux associatifs et des grandes organisations environnementales ou sociales. Cet événement fondateur (qui sera précédé le samedi 5 octobre par un Forum sur le changement climatique) n’est pas une fin en soi mais un commencement : une rampe de lancement pour une dynamique de mobilisations et de pression populaires qui vont s’amplifier jusqu’au sommet de Paris fin 2015.

Si nous ne voulons pas revivre un sommet pour rien comme à Copenhague en 2009, il faut que l’Europe prouve d’ici 2 ans qu’il est possible d’agir efficacement pour réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre avec des solutions justes, démocratiques et solidaires.

Une journée décisive

Un premier pari est d’ores et déjà gagné : un très grand nombre d’ ONG et de réseaux travaillant sur les thématiques environnementales ou sociales, de sensibilités et pratiques très diverses soutiennent ou participent à Alternatiba. Cette journée constituera une mobilisation citoyenne pour le climat sans précédent en Europe depuis le sommet de Copenhague en 2009. Le 6 octobre, plus de 150 associations viendront exposer des solutions concrètes, plus de 100 conférenciers participeront aux débats et au total près de 1000 volontaires sont mobilisés pour accueillir les milliers de personnes attendues.

La question du climat est vitale pour notre avenir. Nous appelons tous ceux et celles qui le peuvent à répondre à l’Appel d’Alternatiba, à être présents à Bayonne le dimanche 6 octobre pour lancer une mobilisation à la hauteur du défi sans précédent que constitue cette question pour l’humanité toute entière.

  • Mme Christiane Hessel et les personnalités suivantes :
  • Genevieve Azam, économiste, porte-parole d’Attac France
  • Michel Berhocoirigoin, ancien secrétaire général de la Confédération Paysanne, président d’EHLG
  • Annick Coupé, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires
  • Susan George, écrivain
  • Yayo Herrero,Coordinatrice Confédérale d’Ecologistas en Acción
  • Nicolas Hulot, président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme
  • Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France
  • Martine Laplante, présidente des Amis de la Terre-France
  • Pierre Larrouturou, économiste, Collectif Roosevelt
  • Juan Lopez de Uralde, ancien directeur de Greenpeace Espagne, arrêté au dîner de gala des chefs d’Etat lors du Sommet de Copenhague
  • Edmond Maire, ancien secrétaire général de la CFDT
  • Edgar Morin, philosophe
  • Adolfo Muñoz, secrétaire général d’ELA, confédération syndicale majoritaire en Pays Basque
  • Paul Nicholson, syndicat Paysan EHNE Bizkaia, co-fondateur de Via Campesina
  • Cécile Ostria, directrice générale de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme
  • Emmanuel Poilane, directeur général de la fondation Danielle Mitterrand France Libertés
  • Pierre Rabhi, agroécologiste, philosophe
  • Marie-Monique Robin, réalisatrice et journaliste (Prix Albert Londres)
  • Michel Rocard, ancien premier ministre,
  • Germain Sarhy, fondateur du Village Emmaus Lescar-Pau
  • Liliane Spendeler, directrice des Amis de la Terre-Espagne
  • Jacques Testart, président d’Honneur de la Fondation Sciences Citoyennes
  • Patrick Viveret, philosophe

www.bizimugi.eu/fr/alternatiba