« Rendre l’expression abertzale audible à Bayonne »

PrintFriendly and PDF

Jean-ClaudeIRIARTJean-Claude Iriart 51 ans, ancien directeur des services déconcentrés du Conseil général à Bayonne et tête de liste aux élections municipales pour Baiona 2014  répond aux question d’Enbata. 

Depuis 1983, les abertzale présentent une liste aux élections municipales de Bayonne. Comment s’est constituée celle de mars prochain ?

Depuis 1983, les abertzale sont en effet présents aux élections municipales à Bayonne sous des formes et avec des stratégies, qui ont été à chaque fois reprécisées, en fonction du contexte politique du moment. C’est également le cas pour les élections de 2014 dont les discussions collectives préparatoires remontent à l’automne 2012.

D’octobre 2012 à février 2013, plusieurs réunions initiées par Bil Gaiten ont mobilisé des bayonnais(es) de différentes sensibilités abertzale (adhérents de partis politiques et non encartés) afin de réfléchir et de définir la stratégie à privilégier pour les municipales de 2014. Ces discussions avaient abouti à une position collective consistant à préparer une liste qui rassemblerait au-delà des abertzale, d’autres sensibilités de gauche ou écologiste. Ce choix fondateur a guidé toutes les étapes qui ont été depuis franchies.

En avril 2013, nous rendions publique notre volonté de “rassembler largement, dans une démarche plurielle et participative, des Bayonnaises et des Bayonnais porteurs d’engagements dans les domaines économique, culturel, sportif, syndical et politique, de toutes les sensibilités de la gauche, écologiste ou abertzale”.

Nous étions également conscients que ce choix d’une démarche politique de rassemblement dépassant le cadre des partis ne devait pas s’affranchir pour autant (sous peine d’éclatement ou de dilution) d’un mode de fonctionnement structuré.

C’est pourquoi nous nous sommes très tôt dotés d’un texte commun de référence, discuté au terme près, visant à formaliser les orientations communes qu’il était important de partager avec tous ceux qui allaient prendre part à la démarche. Parmi ces points majeurs figuraient entre autres : le positionnement à gauche, la nécessaire reconnaissance institutionnelle du Pays Basque, l’engagement en faveur de la transition énergétique et l’adhésion aux principes de la démocratie participative.

Dans le même temps nous donnions vie à une nouvelle association dénommée Baiona 2014 ouverte à des personnes n’adhérant pas à des organisations politiques aussi bien qu’à des membres de différents partis. Préparées par un groupe moteur, les assemblées générales se sont tenues régulièrement pour décider des principales décisions: le choix de la tête de liste, le contenu du programme, la composition de la liste, l’organisation de la campagne publique… Cette association, structure porteuse de l’ensemble de la démarche, compte aujourd’hui un peu plus de 100 adhérents.

Baiona2014Quelle est la singularité de la présence abertzale dans le panorama électoral bayonnais ?

A l’issue des élections de 2008, les abertzale n’ont plus eu d’élu(e)s au Conseil municipal, à l’inverse des mandats précédents où les listes qu’ils présentaient ou dans lesquelles ils étaient impliqués, avaient amené 1 ou 2 élu(e)s à siéger en tant que conseiller(e) municipal(e) d’opposition.

Quand on ne peut s’appuyer sur la présence d’élu(e)s, il est toujours plus compliqué de maintenir une dynamique autour de la vie municipale : les informations sont difficiles à mobiliser, l’actualité des dossiers municipaux plus difficile à suivre et les autres engagements militants prennent vite le dessus. La préparation des élections 2014 s’est inscrite dans ce contexte où il a été nécessaire de consacrer du temps et de l’énergie pour relancer la dynamique dans le respect du choix stratégique qui avait été décidé. Pour autant, nous avons franchi des étapes importantes et grâce aux efforts que chacun a bien voulu faire, nous sommes désormais à la veille du grand rendez-vous.

J’appelle d’ailleurs tous les lecteurs bayonnais d’Enbata à prendre part à la dernière ligne droite de cette campagne, à faire en sorte que le score de Baiona 2014 monte le plus haut possible. Et contribuer ensuite à pérenniser la démarche dans la durée quel que soit le résultat de l’élection !

L’enjeu est de taille pour la ville de Bayonne, l’agglomération Côte Basque Adour et l’ensemble du Pays Basque qui devront à l’issue des élections faire avancer la question institutionnelle et les projets de partenariats avec les acteurs d’Hegoalde.

Par ailleurs le choix stratégique acté au démarrage me semble judicieux et politiquement porteur. Je crois en effet que la constitution d’une liste qui amène des abertzale engagés à travailler avec d’autres qui le sont moins ou qui ne le sont pas, les compromis que cela nécessite de la part de chacun, dans une nécessaire réciprocité, correspond bien, à ce qu’il convient de privilégier pour Bayonne, compte tenu de sa sociologie, de sa diversité culturelle et du rapport de force politique existant. Dans une ville comme Bayonne, il me semble tout à la fois important de rendre l’expression abertzale audible dans le débat du 1er tour et montrer dans le même temps notre capacité à travailler avec d’autres. Cet exercice n’est cependant réaliste et durable que s’il repose sur un certain nombre de fondamentaux partagés. C’est, je pense, l’équilibre que l’on a su trouver dans notre texte de référence.

L’agglomération Côte Basque Adour doit-elle jouer un rôle d’entraînement en Pays Basque ?

C’est fondamental ! Les thématiques propres au mouvement abertzale (la reconnaissance institutionnelle, la coopération transfrontalière, les politiques publiques en faveur de la langue basque…) ne pourront pas progresser si elles ne sont également portées par la collectivité qui représente la moitié des habitant(e)s du Pays Basque. C’est la responsabilité que l’Histoire confère à Bayonne et à l’ensemble de l’agglomération: assumer sa fonction de capitale de l’ensemble du Pays Basque Nord ! Cela n’est en rien incompatible avec son développement à l’échelle d’un bassin de vie plus large, de projets et de politiques publiques, recherchant aussi des partenariats avec les collectivités du Seignanx et de la rive droite de l’Adour. Bien au contraire!

L’agglomération a jusqu’ici trop souvent tourné le dos au Pays Basque. Nous plaidons le bien fondé d’une attitude totalement inverse : afin de contribuer à une plus forte cohérence dans le traitement des questions spécifiques au territoire Pays Basque mais aussi dans l’intérêt des politiques menées par l’ACBA. Ces dernières, pour être plus efficaces, ont besoin d’être pensées et mises en œuvre à des échelles plus larges que le seul périmètre de l’agglomération actuelle. C’est en particulier le cas pour les déplacements et le logement pour ne citer que les exemples les plus évidents.

Jouer un rôle d’entrainement en Pays Basque ne relève pas seulement d’une vision plus solidaire, c’est aussi pour l’Acba un levier, pour mieux répondre aux besoins de sa population.

Avez-vous défini votre position pour le second tour de ces municipales ?

Pas encore, c’est le prochain débat important que nous avons encore à mener. Dans l’histoire de notre liste, la définition de la position de second tour n’a pas été un préalable au lancement de l’initiative. Dans ce contexte, il était tout d’abord primordial de structurer notre démarche en consolidant l’association et en fixant notre socle commun fédérateur.

Nous avons aussi mis en priorité l’élaboration du programme afin de renforcer la cohésion du groupe: 12 commissions thématiques, 3 ateliers participatifs dédiés à ce travail et 2 assemblées générales ont planché sur la préparation et la validation de ce programme.

Nous avons aussi bien entendu, démarré la présence dans les lieux publics et les contacts directs avec les habitant(e)s. Nous finaliserons très prochainement la composition de la liste et il nous reste à débattre sur le fond de la position du second tour.

Il y aura probablement des avis nuancés voire différents sur cette question au sein des membres de Baiona 2014. C’est l’assemblée générale qui tranchera au final. L’important sera de continuer à travailler ensemble après les élections!

Municipales 2008. 1er tour.
Liste Aguerre (Socialiste) 25,29%
Liste Ugalde 15,79%
Liste Peyrucq (Abertzale) 7,21%
Liste Mailfert (extrême gauche) 7,48%
Liste Grenet 44,23%

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video