Lettre à Madame Taubira

PrintFriendly and PDF

HerriraLannemezanLe mouvement Herrira a organisé le samedi 14 décembre une marche à Lannemezan où 200 personnes se sont mobilisées. Chants, danses et pique-nique ont accompagné les prises de parole. Une délégation composée de la présidente d’Herrira (Garbiñe Eraso), un membre de la famille du prisonnier politique basque Ibon Fernandez Iradi, et Joana Haranburu (fille du prisonnier politique basque Txistor Haranburu) a été reçue par le directeur adjoint de la maison centrale. Elles lui ont transmis une lettre destinée à Madame Taubira, ministre de la justice.

Déclaration aux directions d’établissement pénitentiaires français !

En ce samedi 14 décembre, nous voici réunis devant la maison centrale de Lannemezan. Cette mobilisation se veut -en tout premier lieu- être une marque de solidarité à l’égard des prisonnier-es politiques basques incarcéré-e-s dans les prisons françaises et espagnoles.

Mais nous sommes aussi là pour lancer un message clair à l’ensemble des directions des établissements pénitentiaires dans lesquels se trouvent incarcéré-e-s les prisonnier-e-s politiques basques ; RESPECTEZ LES DROITS DES PRISONNIERS !!!

Cette année qui se termine a été une fois de plus une année durant laquelle les droits des prisonnier-e-s et leur famille ont été à maintes reprises bafoués, piétinés. Nous ne l’acceptons pas. Nous refusons et refuserons toujours que les hommes et femmes se voient mal traités, humiliés, atteints dans leur dignité et leur droits non respectés.

Combien d’entre nous se sont vus refusés l’accès au parloir pour des raisons absurdes ?
Comment de prisonniers basques se sont vus imposés des mesures de fouille humiliante, ou vu leur cellule dévastées suite à des fouilles ?
Combien d’enfants de prisonniers sont-ils restés abasourdis par des interdits de fonctionnaires rendant impossible un lien de simple humanité entre parent-enfant ?
Combien de parents âgés ne peuvent-ils plus rendre visite à leur fils ou fille incarcérée du fait de leur éloignement géographique provoqué par la politique ?
Combien de prisonnier-e-s basques ont eu à subir des violences physiques de la part de fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ?
Combien… oui, combien de temps encore aurons nous à souffrir d’atteintes à nos droits dans les prisons françaises et espagnoles ?

Le Pays basque est entré depuis plus de deux ans dans une phase nouvelle de son histoire. Une dynamique de recherche des voies de la paix est en cours. Avec détermination, et sens des responsabilités, nous sommes une multitude sans cesse grandissante de citoyens et de citoyennes qui, au pays basque et au de-là, sommes engagés dans cette action en faveur de la paix.

Nous sommes ici pour vous dire, mesdames et messieurs de l’administration pénitentiaire que le temps est venu pour vous, ainsi que pour votre gouvernement, de participer à cet effort de paix au Pays Basque.

Nous sommes ici pour vous dire que vous avez une responsabilité certaine dans le bon développement de ce processus de paix. Pour cela, RESPECTEZ LES DROITS DES PRISONNIERS !

HerriraLannemezan1

Lettre à Madame Christiane TAUBIRA, Ministre de la Justice.

Bayonne, Le 14 décembre 2014

HERRIRA
17, Rue Pontrique
64100 BAYONNE

à Madame Christiane TAUBIRA
Garde des Sceaux.
13 Place Vendôme
75001 Paris

Madame le Garde des Sceaux,

Ce samedi 14 décembre, le mouvement populaire basque HERRIRA a organisé un rassemblement devant la maison centrale de Lannemezan. Cette mobilisation s’est voulu -en tout premier lieu- être une marque de solidarité à l’égard des prisonnier-es politiques basques incarcéré-e-s dans les prisons françaises et espagnoles.

Mais ce rassemblement a aussi pour objectif celui de lancer un message clair à l’ensemble des directions des établissements pénitentiaires dans lesquels se trouvent incarcéré-e-s les prisonnier-e-s politiques basques ; RESPECTEZ LES DROITS DES PRISONNIER-E-S !!!

Cette année qui se termine a été une fois de plus une année durant laquelle les droits des prisonnier-e-s et leur famille ont été à maintes reprises bafoués, piétinés. Nous ne l’acceptons pas. Nous refusons et refuserons toujours que les hommes et femmes se voient mal traités, humiliés, atteints dans leur dignité et leurs droits non respectés.

Nous vous demandons, Madame la Ministre de la Justice, d’agir de sorte que le respect des droits des personnes détenues et de leur famille soit total et que les fonctionnaires dont vous avez la responsabilité agissent dans le respect de la Loi.

Par ailleurs, nous tenons à attirer votre attention sur le fait qu’une demande croissante au Pays basque et au-delà se fait jour sur la question de la résolution du conflit au Pays basque. Nous demandons par votre intermédiaire au gouvernement qui est le vôtre, de prendre des mesures qui aillent dans le sens de ceux qui travaillent au bon développement du processus de paix au Pays basque. Parmi ces mesures, nous soulignons la nécessité de libérer les prisonniers gravement malades (Ibon FERNANDEZ IRADI, à la MC de Lannemezan), appliquer les mesures de libération conditionnelle à ceux qui peuvent en bénéficier et organiser le regroupement et le rapprochement des prisonniers basques.

Dans l’attente de l’application des mesures que nous attendons voire prises de votre part, Madame le Garde des Sceaux, nous vous adressons nos respectueuses salutations.

Pour HERRIRA
la présidente
Garbine ERASO

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video