Vive Napoléon !

Donostia
Siège de Saint Sébastien en 1813

Voici exactement deux siècles, les armées de Napoléon 1er, chassées d’Espagne, refluaient en désordre sur le Labourd et la Basse-Navarre, puis essayaient vainement de stopper l’invasion des troupes britanniques, espagnoles et portugaises commandées par Wellington. Les soldats français, privés d’intendance et de discipline, ayant perdu toute habitude morale dans leur épouvantable traversée d’une guerre particulièrement répugnante, continuèrent de se conduire ici comme en pays conquis, pillant sans retenue pour leurs besoins, ceux des chevaux de l’armée, plus ceux des montures diverses qu’ils avaient saisies en Ibérie pour transporter leur équipement réglementaire et les produits de leurs rapines personnelles.

Leurs animaux de trait, de selle et de bât rasèrent donc les prairies, mais aussi les champs de céréales et de maïs, condamnant à la faim le bétail et les populations indigènes. De plus on utilisa les boiseries (volets, planchers, charpentes) pour faire du feu, l’on vida les maisons, l’on en brûla même un certain nombre, réduisant bien des familles à la misère.

Par contre Wellington maintint dans ses troupes une discipline de fer et paya correctement leur ravitaillement aux habitants. Il apparut donc comme un libérateur à ces malheureuses populations. Sachons cependant que ses troupes venaient de brûler la ville de Saint Sébastien, après l’avoir soumise au viol, au meurtre et au pillage !

Les terribles événements de 1813-1814 ont été racontés par Dominique Halty, natif de Cambo, ancien secrétaire général de la mairie de cette commune, dans l’ouvrage «Episodes des guerres napoléoniennes au Pays Basque» paru en 1980. Le livre vient d’être réédité par les éditions Cairn et Lapurdi 1609.

Ces événements sont commémorés cette année de deux façons différentes, voire opposées, par deux groupes culturels :

  • Les uns tenteront, en uniformes de l’époque, la reconstitution des batailles de la Nivelle, de Hélette et de Garris, autant de défaites pour l’armée française.
  • Les autres, avec l’association “Lapurdi 1609” de Saint Pée sur Nivelle, rappelleront les dégâts et méfaits causés ici par cette guerre.

Plus largement, ne serait-il pas temps de mettre en question le règne absolu de Napoléon 1er dans la pensée historique et la culture politique de la France? Comment accepter encore, au XXIème siècle, une telle idolâtrie, un tel culte rendu à un despote, fût-il éclairé, par l’ Etat et par la société soi-disant les plus démocratiques du monde, qui n’arrêtent pas de faire la leçon à tous les autres? L’Allemagne, l’Italie, La Russie, ainsi que d’autres Etats européens et sud-américains, ont déboulonné leurs tyrans modernes, mais «LA République», universelle par définition, continue d’honorer comme son plus grand homme l’empereur Napoléon 1er, ce tyran boutefeu qui, après avoir saccagé l’Europe de Lisbonne à Moscou, laissa la France plus petite qu’il ne l’avait prise, et de plus exsangue : les guerres de la Révolution et de l’Empire tuèrent un million et demi de garçons et d’hommes jeunes, dans une population française estimée à 25 millions d’habitants!

Certes Napoléon 1er était un génial militaire et un administrateur hors pair, mais au final, qu’a-t-il fait de tous ses talents ? Par appétit démesuré de pouvoir, de conquête et de gloire, il a tout gâché, tout perdu, et çà ne gêne pas les Français ? Mais nous autres Basques, abertzale ou non, cessons enfin de sacrifier à cette idole qui nous a fait tant de tort. Nous n’avons rien à y gagner. La démocratie non plus à mon avis.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).