Antton Curutcharry

Antton Curutcharry


Navarre une et unie

Le 24 avril, avait lieu dans les rues de Baigorri, Nafarraoren Eguna, comme chaque dernier dimanche du mois depuis 38 ans. Le programme de cette journée, préparé par Basaizea, avait pour objectif de célébrer la Navarre dans toutes ses dimensions : culturelle, historique, politique et par-dessus tout, sans-frontière.

La présence, pour la première fois de l’Histoire de Nafarroaren Eguna, de la présidente du gouvernement foral de Navarre, Uxue Barkos, et du maire de la capitale Iruña, Joseba Asiron, donnait un relief particulier à la cérémonie.


Communauté Pays Basque Nord

Après un périple de deux ans, la loi fixant la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (loi NOTRe) a été validée le 16 juillet par l’Assemblée Nationale et par le Sénat. Un mouvement de réforme territoriale est amorcé qui va changer le visage institutionnel de la France, permettant des évolutions différenciées.

Le consensus autour de la collectivité territoriale à statut spécifique a contraint le gouvernement à sortir du bois pour faire une proposition qui n’est, bien entendu, pas celle que nous revendiquions, mais celle d’une intercommunalité unique. Un Pays Basque uni peut devenir une communauté urbaine : plus puissante, plus intégrée. Sa voix porterait dans l’immense nouvelle région. Là se trouve bien la clé.


L’occasion d’en finir ?

Nous, militants pro-département Pays Basque, pro-Collectivité Territoriale spécifique ou encore pro-autonomie, sommes devant l’opportunité historique de porter un coup fatal au Conseil Général des Pyrénées Atlantiques, qui nous retient captif depuis 1790. Il y a la possibilité réelle, précise, constitutionnelle, légale et datée de s’affranchir de la tutelle de Pau.

Les Jacobins de gauche et les Conservateurs de droite qui redoutent la structuration du Pays Basque ont leurs projets alternatifs : 4 ou 5 EPCI en Pays Basque… La proposition du préfet Durand contient donc un piège qui me paraît évident, et il n’est certainement pas dans le « oui » à un EPCI unique pour le Pays Basque qui nous détournerait de la Collectivité Territoriale Spécifique. Le piège serait de nous pousser à répondre « non » à sa proposition, du fait d’une impossibilité d’accord sur le sujet de la représentativité.


Baxenabarre, au cœur des enjeux du Pays Basque

Les lois de réforme des collectivités territoriales de 2010-2011 ont pour objectif d’achever et de rationaliser le tissu des EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale). Plusieurs dispositifs sont prévus dans le but de parvenir, au 1er janvier 2014, à une couverture de la carte intercommunale de l’ensemble de l’Hexagone.

Enseignant spécialiste de l'histoire de la Navarre, auteur de La conquête de la Navarre (Elkar), Antton Curutcharry, explique comment ce processus fait interagir une multiplicité d’enjeux en Basse Navarre.