Interview


Udalbiltzak, lurralde desorekak, Pirineoak bezala gainditzeko xedea

Piriniotan Lan eta Bizi programa Euskal Herri mailan diren desorekei eta hauek murrizteko beharrei erantzuteko sortu zuen Udalbiltzak. Orotara 203.000 euroko diru laguntza eman zen 2014 eta 2015 urteetan baldintzak betetzen zituzten 43 proiekturi.

Urriaren 5 eta 6 an "Piriniotan posible delako" jardunaldian, Iratiko Etxoletako Bilkürentako gela programaren bilana eginen da eta geroari buruz eramaiten ahalko diren ekintzak erakunde eta hautetsiekin gogoetatuz. Jarraian, Udalbiltzak Enbata.Info-ren hainbat galderei zehaztapenak ekartzen ditu. (...)


« Izadia eta jendeak produktu bilakatzeari, ez! »

Pirinio Atlantikoetako Kontseiluak “La Rhune 2020″ proiektua sustatzen du, Larrun mendiko instalazio turistikoak “eguneratzeko” helburuarekin. Gaur egun Larrunek urtero 360.000 bisitari ditu urteana eta, horren ondorioz Iparraldeko eta Departamentu osoko lekurik bisitatuena da.

"Larrun ez hunki!" kolektiboa joan den uztailan sortu da izadia edo natura eta jendea produktu bilakatzea arriskatzen den "La Rhune 2020" proiektu horren gaitzesteko. Kolektiboko kide den Ellande Alfaro-k Enbata.Info-ren galderei erantzun die. (...)


Diru iturri berri lagungarri bat

Seaskaren Lagunak Elkartea ikastolen etorkizunean ekonomikoki parte hartzeko sortu da 2014an.

Ikastolen federazioari elkarte berri honek nola "diru iturri berri" bat eskaintzen dion aurkezten digu Patxi Bergarak, Seaskaren Lagunak-en lehendakariak.


Logement en Pays Basque, aller plus loin?

Avec la conférence-débat organisée sur le thème «Logement au Pays Basque, aller plus loin ?", le vendredi 24 mars à 20h30 à Ezpeleta, EH Bai prend une nouvelle initiative à destination de tous les acteurs du logement, des maires d'Iparralde ou de leur adjoint à l’urbanisme, ainsi que du grand public. La conférence comptera sur la participation de Mikel Goyhenetche, 1er adjoint d’Ustaritz en charge de l’urbanisme, de Benjamin Gayon, universitaire, auteur du livre Le foncier au Pays Basque (2016) et de Jean-Luc Berho, organisateur des débats d’Inxauseta.

Gratuite, la soirée d'information et de formation est ouverte à tout le monde, mais les inscriptions sont nécessaires car les places sont limitées. A une semaine de la clôture des inscriptions, Benjamin Gayon, Docteur en Aménagement de l'espace et urbanisme, répond aux questions d'Enbata.Info. (...)


Continuer à s’impliquer

A la veille de la mise en place de l’EPCI Pays Basque, Alain Iriart, maire abertzale de Saint-Pierred’Irube et conseiller départemental, témoigne, pour Enbata, du bilan préparatoire et des perspectives de la première institution d’Iparralde.

Sur les 233 titulaires de l’assemblée plénière, qui se réunira le 23 janvier pour élire son président et ses organes de gestion, 39 sont abertzale dont 5 PNV. Ils seront sûrement au coeur de la concrétisation de notre revendication territoriale.


Herri elkargoa aterabide iturri

Amikuzeko Erreken Lagunak Elkarteko kidea den Olivier Gauyacq-ek, Batera-ren "Herri Elkargo bakarraren" aldeko ekitaldian, Donibane Garazin Ingurumenaren eskumena ordezkatu du.

Hara haren elkarteari buruz egin elkarrizeta, eta Herri Elkargo bakar baten sortzeak ekar litzazken onurak erreken babestearen arloan.


Otsoa artzain

Jon Etcheverry- Ainchart - Enbata du 25 novembre 1971 affichait sur sa Une: “Le pilleur de cimetières”, racontant comment trois stèles discoïdales (en fait quatre) avaient abouti depuis peu à la sous-préfecture de Bayonne après leur prélèvement aux cimetières de Mongelos et de Lantabat (St Etienne). Un encart en euskara ne faisait pas davantage dans la dentelle : “otsoa artzain”.

Le journal épinglait le sous-préfet Heim qui détournait ainsi de leur utilisation première et dans un but purement décoratif les quatre monuments, alors même que, un an avant, le préfet et l’évêque avaient écrit aux maires et aux curés pour leur demander de préserver ce patrimoine si particulier et original (l’initiative provenait de l’association Amaia ou oeuvrait déjà Mikel Duvert).


Notre culture nous fait “autre”

L'association Lauburu est née, il y a 40 ans, de l'idée que l'homme n'est pas seulement un être économique. C’est la culture qui nous construit et nous différencie les uns des autres. Sans la culture, nous ne serions que de l'eau et un peu de fer, a dit quelqu’un. Créée à l'initiative d'Aita Marcel Etchehandy, Mikel Duvert, Jon Etcheverry-Ainchart, Claude Labat et quelques autres, Lauburu se donnait comme objectif de récupérer et faire connaître des aspects de la culture patrimoniale basque qui cédaient le pas devant l'uniformisme destructeur des nouveaux codes imposés par la société de consommation. Ainsi, l'association s'attachait au recensement et à la préservation des stèles discoïdales et des croix abandonnées ou en grand danger de vol ou destruction dans les cimetières d'Iparralde. 40 ans plus tard, où en est Lauburu?

Enbata a interrogé Jon Etcheverry- Ainchart, cheville ouvrière de l'association.


Pourquoi l’errejent ne serait-elle pas une femme ?

Jean-Marc Abadie interviewe Pantxika Urruty qui sera l’errejent de la Pastorale Bayonnaise Katalina de Erauso.

"Des centaines de personnes ont découvert pour la première fois une pastorale en juin 2014 à Bayonne. Depuis, beaucoup d'entre elles ont aussi assisté en 2014 ou en 2015 à des pastorales en Soule. Et à coup sûr, ce sera le cas encore cette année avec celle de Pitrau à Tardets."