Archives de l’auteur : Pantxoa Bimboire


Préparer les municipales 2014

Les élections municipales du printemps prochain se profilent à l'horizon. Quelle stratégie pour les abertzale ? Listes autonomes ? Participation à des listes ouvertes dès le premier tour ?

Pantxoa Bimboire penche pour la deuxième option. Il nous en donne les raisons.


Vivent les naïfs

A son habitude, Pantxoa Bimboire n'hésite pas à choquer pour mieux faire comprendre les atouts économiques d'Iparralde.

Il rêve d'un axe de progrès de l'agroalimentaire.


Financements publics, le piège

A l'heure où l'Etat français réduit les investissements dans les grandes infrastructures en raison de déficits abyssaux, les partenariats public-privés pour financer LGV ou grands stades sont appelés à la rescousse.

Entrepreneur, élu consulaire, Pantxoa Bimboire pointe les faces cachées de ces PPP. Il revient également sur la stratégie à adopter face au refus du gouvernement de concéder une Collectivité territoriale au Pays Basque.


Deux ans de perdus ?

L’amendement surprise déposé au Sénat par la sénatrice socialiste Frédérique Espagnac a pris de court les défenseurs de la Collectivité territoriale à statut particulier pour le Pays Basque.

Pantxoa Bimboire aborde ici des questions que l’amendement soulève et quelques-unes des conséquences qu’il pourrait entraîner.


Le redressement productif

Quelles seraient les moins mauvaises des idées pour assainir l’économie dans l’Hexagone et pour aider à la création d’emploi? Pour Pantxoa Bimboire, une priorité s’impose: poursuivre la résorption de la dette.

"Pourquoi, s’il faut taxer les hauts revenus, n’avoir pas créé des tranches d’imposition plus hautes, par exemple, deux tranches supplémentaires à 2% au-delà de la tranche maxi actuelle? Les avantages étaient clairs: pas besoin de loi, pas besoin d’explication, mise en place immédiate, tous les hauts revenus taxés et de façon progressive, pas d’effet de seuil. Mais, pourquoi faire simple si…"


Le programme économique de Bil Gaiten mis au débat

Un document important a été rédigé par le mouvement EH Bai sous la forme d’un projet de 40 pages à usage des élections municipales 2014.

L’intérêt de ce document réside dans sa parution assez précoce et dans la possibilité de l’amender ou le compléter au cours des assises EH Bai/Bil Gaiten d’avril dernier. Pantxoa Bimboire jette un œil d’expert sur le volet économique du document.


Quelques réflexions bancaires

La totalité des Etats sont maintenant débiteurs des banques, car depuis plus de quinze ans, les Etats peuvent emprunter sur les marchés mondiaux pour financer leurs cycles annuels d’exploitation.

Cette situation les place en position d’être notés par les banques, tels des clients. Et, pouvant emprunter, sans trop de limite sauf celles fixées maintenant par des règles européennes, pour les pays concernés, un Etat peut se trouver dans une situation de risque vis-à-vis de ses échéances de paiement, s’il n’y a pas de garde fou…


Et l’Eusko dans tout cela

Animateur du projet de monnaie locale “Eusko”,
Dante Edme-Sanjurjo répond qux objections soulevées
par Pantxoa Bimboire dans sa chronique économique
de la 3ème page de ce numéro d’Enbata.


L’Eusko et l’alternative pour favoriser une forme de centralisation de l’économie par Pantxoa Bimboire

Ce n’est pas votre serviteur scribouillard mensuel qui niera l’importance stratégique de «faire tourner» l’euro en Iparralde. Nous le savons tous, au niveau d’une collectivité il est aussi possible d’évoquer les termes de «balance commerciale». Que pourrions nous dire sur les flux entrants? Je me risque dans cet exercice, en essayant de citer, au passage, [...]

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video