Archives de l’auteur : Ellande Duny-Pétré


Décolonisations, du sang et des larmes

Si vous avez raté cette double émission diffusée début octobre par France 2, vous pouvez la revoir à la demande sur le site de cette chaîne de télévision, jusqu’au 5 décembre. Ce chapitre de l’histoire de l’État français est largement ignoré du grand public, volontairement oublié et bien peu enseigné, malgré les efforts récents de plusieurs historiens.

Ces deux émissions télévisées rencontreront un singulier écho auprès du public abertzale, non seulement parce certains d’entre nous se souviennent ou ont participé à ces évènements, mais aussi parce que les questions de la mémoire et du récit sont posées. Le vaincu a du mal à parler, il lui est très difficile de transmettre le passé, tant est pesant le poids du mépris qui s’abat sur ceux qui se soulèvent et perdent la partie. (...)


Terrorisme et antiterrorisme, GAL, raison et déraison d’État

Une série de travaux trop peu diffusés sont désormais accessibles via internet. Sur des thèmes qui nous sont chers, le regard de plusieurs universitaires offre une approche sérieuse du conflit basque et de la répression dont il fait l’objet.

Revue de détail. (...)


L’Espagne destitue le président catalan

La cour suprême contraint au départ Quim Torra pour avoir maintenu en période électorale une pancarte au fronton du siège du gouvernement catalan.

Le panneau réclamait la libération des prisonniers politiques incarcérés et le retour des exilés.(...)


Nouvel exécutif PNV avec le soutien socialiste

Les élections régionales du 12 juillet accordent au PNV des coudées plus franches pour diriger la Communauté autonome. La présence de ministres socialistes au gouvernement n’est pas à exclure.

EH Bildu en progression donne corps à une future gouvernance issue de l’addition des forces de gauche, sous la houlette des souverainistes. Mais dans un avenir encore bien incertain. (...)


Otegi : plus de six ans de prison pour rien

La cour suprême espagnole est passée aux aveux: elle a annulé le 31 juillet la condamnation de septembre 2011 qui avait valu à Arnaldo Otegi, six ans et de demi de prison et 10 ans d’interdiction d’exercer un mandat électif.

La haute cour a mis un an et demi pour reconnaître l’erreur judiciaire relevée par la Cour européenne des droits de l’homme. Comme par hasard, sa sentence se situe quelques semaines après les élections régionales en Pays Basque où Arnaldo Otegi, leader historique de la gauche abertzale, n’a pu être candidat. (...)


Selon la CIA, Felipe Gonzalez créa le GAL

Plusieurs documents que le gouvernement de Washington vient de «déclassifier», indiquent que selon les services secrets américains, le premier ministre socialiste espagnol mit en œuvre le GAL. Cet escadron de la mort pratiqua le terrorisme d’État, essentiellement en Iparralde de 1983 à 1987, avec 27 morts à la clef.

Quelques partis réclament au parlement européen la création d’une commission d’enquête. Le parlement espagnol refuse. L’État français , théâtre de tous ces crimes, ne pipe mot. (...)


Alain Iriart veut briguer la présidence de la CAPB

Le maire d'Hiriburu annonce avant le second tour qu’il est en «situation de réflexion active» pour se présenter à la tête de la communauté d’agglomération Pays Basque en remplacement de Jean-René Etchegaray.

Ce «troisième tour» des élections municipales aura lieu le 17 juillet. (...)


Le rite funéraire ezkoa renaît

Disparu des pratiques religieuses, ezkoa (une longue et fine cire de deuil, enroulée sur elle-même ou autour d’une planchette sculptée) a été à nouveau mis en oeuvre le 6 juin en l’église Saint-André de Bayonne, pour les obsèques de Mattin Larzabal.

L’ayant vu pratiqué étant enfant, Mattin Larzabal connaissait ce rite. Nous en avions parlé au début des années 70, lors d’une rencontre avec l’abbé Pierre Lafitte à propos du droit basque. Son entourage a donc tenu à le faire revivre pour ses obsèques. (...)


Henri Etcheto et Falloux

Pour s’opposer à la réhabilitation des bâtiments du collège Estitxu Robles financée en partie sur des fonds municipaux, Henri Etcheto prend appui sur «la loi Falloux et les autres qui l’ont suivie», il soutient ainsi que la délibération municipale du 13 décembre 2018 «est manifestement entachée d’illégalité». La loi Falloux du 15 mars 1850 organise l’enseignement primaire et secondaire. Largement remaniée depuis, elle demeure l’étendard de ceux qui refusent le financement par les collectivités publiques des écoles basques.

Mais savent-ils qui fut son auteur, le comte Frédéric Alfred Pierre de Falloux du Coudray (1811-1886). Ministre de l’Instruction publique et des cultes, député influent de la droite la plus réactionnaire à l’assemblée nationale, il fut un adversaire acharné des Ateliers Nationaux, symbole de la fraternité républicaine et de la politique sociale à cette époque. (...)

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video