Jean-Marc Abadie

Jean-Marc Abadie

Les parents de Jean-Marc Abadie, en provenance de la Bigorre, débarquent, avec leurs quatre premiers enfants, au Pays basque au tout début des années soixante. Ayant grandi à Bayonne, c'est par le chant basque qu'il décide de devenir basque et commence à apprendre la langue des autochtones. Militant culturel et politique, il pense que l'écriture est une vraie arme littéraire. Co-fondateur de l'hebdomadaire Ekaitza au milieu des années 80, puis du trimestriel bayonnais Kutzu de 1992 à 2006, il rédige une chronique mensuelle sur Enbata depuis janvier 2012.

Libéralité, inégalité, taciturnité

Franchement, les crises, les conflits ou les guerres sont d’une grande souffrance pour la majorité d’une population. Sauf pour une minorité d’entre elle. Si l’on croit le rapport annuel de l’ONG Oxfam, les grandes fortunes sont sorties renforcées de la pandémie mondiale.

Même la banque mondiale s’inquiète que des centaines de millions de personnes dans le monde sont en train de basculer dans la pauvreté à cause de la crise sanitaire, et pourraient y rester pendant plus de 10 ans si on ne s’attaque pas aujourd’hui aux inégalités. (...)


L’an 2020 frelaté

Synthétiser 2020 c’est bien sûr prioriser l’émergence d’une pandémie que bien peu ont vu venir. C’est aussi —entre autres— la double explosion à Beyrouth, la mort de Georges Floyd, un mouvement de contestation en Biélorussie, la Chine qui met au pas Hong Kong comme l’Azerbaïdjan l’Arménie et une situation toujours bordélique en Afrique avec l’émergence de mouvements islamistes dont les répercussions touchent aussi des pays européens où quelques individus isolés ont notamment réussi à commettre des assassinats en France.

Du coup cette dernière en a profité, ces dernières années, pour promulguer des lois liberticides sous couvert de sécurité. La dernière en date, la proposition de loi sur “la sécurité globale” présentée à l’Assemblée fin octobre par deux député.e.s LREM, a été adoptée par une procédure accélérée un mois plus tard. (...)


Sujet casse-gueule

Vous vous rappelez le temps où on s’enlaçait entre femmes ou entre hommes avec force muxu ? Et même -soyons fous- entre femmes et hommes ? Aujourd’hui, son semblable est devenu un danger potentiel : la distanciation est de mise. Elle est organisée, légiférée et susceptible de condamnation si elle n’est pas respectée. Vade retro satana ! Pourtant, nous aurions besoin, à minima, de “4 câlins par jour pour survivre, 8 pour fonctionner et 12 pour croître”.

Une chose est certaine : cette vie est bouleversée pour l’essentiel de l’humanité. Le reste, tout le reste, est discutable. Car l’esprit critique, tant loué pour l’éducation scolaire des enfants, devons garder. Le plus difficile étant de trouver le juste milieu entre traiter d’assassin quelqu’un quand il laisse le masque sous le nez et, à contrario, ne pas sombrer dans des thèses conspirationnistes. Il y a donc lieu d’interroger, en tant que citoyen, ce qui nous est présenté. (...)


“SDF, rentrez chez vous !”

Ha, que voilà un slogan comme on les aime!(1) Humoristique certes mais tout aussi incongru… ou prophétique !

Ben oui ! Le maire de Bayonne a édité ce 18 septembre 2020 un décret similaire peu ou prou à des dizaines d’autres villes ces dernières années, essentiellement —mais pas que— de la part de municipalités conservatrices. (...)


Le nouveau Che

Le personnage est attachant. Il mérite une statue à son effigie -sans hache ni serpent cette fois ci- afin de célébrer ad vitam æternam son excellentissime adresse politique.

Il serait incongru de penser, comme certains, qu’il est Crypto abertzale. Basquiste serait le mot le plus proche de ses convictions. (...)


Inconscience de classe

On prend les mêmes et on recommence. Cela devient lassant.

Surtout pour une ville dont la sociologie penche à gauche. Depuis la deuxième guerre mondiale, la ville de Baiona est dirigée par la droite. Souvent par des maires de centre droit. (...)


Un jambon rouge/vert/blanc ?

Y’a pas à dire, même copieusement boudées en mars, ces élections municipales -dans certaines bourgades s’entend-sont dignes d’un même niveau de suspens que la série la Casa de papel.

Après les mornes deux mois de confinement, la bataille électorale repart de plus belle dans la plupart des grandes cités en France et bien sûr en Pays Basque Nord. (...)


Pour la fin du monde… (1)

C’est drôle. J’habite en ville et en bordure d’une route habituellement très passante. Et là, depuis bientôt 15 jours, j’entends le silence. Lui-même, dérangé de plus en plus par des espèces de petits cris émanant de volatiles que d’aucuns s’escriment à appeler gazouillis. C’est insupportable cette résurgence de la biodiversité !

Ah oui, ça fait drôle ! Il y a aussi de temps en temps des véhicules souvent à 4 roues, parfois à 2, qui déchirent cette plénitude. C’est bizarre d’avoir construit de si grandes infrastructures pour si peu de passage ! En plus, ces idiots ne sont souvent qu’un dans leur tacot. (...)


Bas les masques !

Faites vos jeux ! Rien ne va plus… comme avant ! Rarement les potentiels résultats de certaines situations locales n’auront été aussi indécis pour ces élections municipales!

Finis les scores sans appels de notables qui passaient haut la main dès le premier tour à l’instar des Loustodaudine, Duboscq, Alliot-Marie, Grenet… La bataille sera âpre dans un certain nombre de villes comme Bayonne, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Mauléon, Tardets, Hasparren, Saint-Palais, Ustaritz ou Saint-Pée… (...)

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video