Courrier des Lecteurs


Jantzimotz horiak hasarre

Gabi OYARZABAL - Ohiko frantses erran molde batek dio, “Ahal balitz, Parise botoila batean eman genezake”.

Macron-ek iragarri zituen berri guziak gauzatu balira, seguraski jantzimotz horien balentriak ez ziren gertatuko. (...)


Les gilets jaunes s’insurgent : avec raison ?

Txomin DAVANT - Vendredi 14 Décembre 2018, le Gouverneur de la Banque de France expose son diagnostic des économies française et européenne. D’après ses dires les “réformes” menées par le Président Macron ont, paraît-il, mis sur les rails de la croissance l’économie française : l’indice de croissance français aurait progressé de -0,6, voici 18 mois, à -0,4 , actuellement! La France serait en bonne voie de rattraper l’Allemagne. La zone Euro se porterait bien. Ce monsieur a à peine mentionné les “Gilets jaunes”.

Mais de quoi se mêlent-ils, “ces gens qui ne sont rien”, diront ceux d’entre nous se reconnaissant parmi les 15 à 18% du corps électoral qui nous ont imposé ce Président qui fait, enfin ! “les-réformes-dont-le-pays-a-tant-besoin” ! (...)


Se soumettre ou… se soumettre !

Txomin DAVANT - Les tenants des « réformes courageuses » tellement attendues et « nécessaires » sont, comme c’était à prévoir, totalement satisfaits par les résultats de la présidentielle. Pensez donc, un Président élu avec 65% des voix ! Le soir de l’élection, on a pu voir sur un plateau de télé une fringante jeunesse porteuse du « renouveau » : MM. Gérard COLLOMB et François BAYROU ; selon ces deux là, tout est à la portée de leur poulain ; n’a-t-il pas réussi le pari que M. Valéry GISCARD d’ESTAING n’avait pu remporter : rassembler « deux français sur trois » !

Ainsi, avec une fraction minime d’électeurs, inférieure au cinquième du corps électoral, il est possible d’arriver à imposer des lois contraires aux intérêts légitimes de la grande majorité. On avait oublié que les institutions de la Vème République sont dangereuses. Les rédacteurs de la constitution auraient donc été irresponsables au point de donner à une seule personne le pouvoir absolu ? Sans contre-pouvoir ? Ils n’avaient pas lu L’esprit des lois ? Il serait donc urgent de corriger ce danger béant ? Et puis apparemment non. Le nouvel élu a dit qu’il n’y a rien à retoucher. Il se veut même jupitérien ? Où se trouve la vérité ? (...)


Paix ou Pacification ? L’Irlande du Nord après la défaite de l’IRA

Gael Roblin - Liam Ó Ruairc, écrivain républicain et socialiste Irlandais, vient de publier grâce à l’aide du collectif Breton Stourmomp un ouvrage intitulé Paix ou Pacification ? L’Irlande du Nord après la défaite de l’IRA. Cent ans après l’insurrection de Pâques 1916, la lutte de libération nationale Irlandaise n’en finit pas de résonner dans notre actualité. Mais la contribution des révolutionnaires Irlandais de 1916 à nos jours ne se limite pas à la seule Irlande. Comme le rappelle Liam Ó Ruairc, cette lutte de libération nationale aura un impact important au cours du siècle chez tous les peuples sous domination britannique, et même au-delà.

Célébrer cette insurrection sans rappeler que l’Irlande reste aujourd’hui divisée n’a pas grand sens. Une fois ce constat fait, on doit chercher les explications à cette division qui perdure.


Nork du nor?

Beñat CASTORENE - Iraileko Enbatan, Eneko Bidegainek, “Nola euskaldundu 40 000 lapurtar berri ?” tupusteko galderarekin hasten zuen bere artikulu inarrosgarria. Izan ere, Gaindegia-ren iritziz, datozen urteetan, 40.000 lagun Frantziatik etor litezke Aturri ibaiaz honaindira.

Aurreikuspena araiz engaina daiteke bainan hau gauzatuko balitz, ez litzateke harritzekoa, iragan urteetan jadanik ikusi dugunaren segida baizik. Enekorentzat funtsezko galdera da : “ea zer aldaketa eraginen dion horrek euskarari ?”


Batera : les symboles d’une ouverture

Claude LABAT - Mercredi soir sur l'esplanade Roland Barthes, au moment où Bayonne s'interdisait de jeter les clés depuis le balcon de la mairie, une partie de la population ouvrait la porte de la maison EPCI.

Faut-il que l'actualité soit taquine pour oser jouer ainsi avec les symboles… et nous rappeler que EPCI ne pourra fonctionner que si les villes de la côte acceptent de donner leurs clés.


Jean-Louis Davant-en testuaren komentario zenbait eta bertze…

Beñat CASTORENE - Ekaineko Enbata aldizkarian, Jean-Louis Davant idazlearen artikulua irakur dezakegu, Independentzia zertako? titulu erakargarriaren pean. Erakargarria diot, zeren azken hilabete edo urte hauetan independentzia oso guti aipu baita Iparraldean.

Jakin behar dugu nora doan euskal nazioa Iparraldean; berreuskaldunduz sendotzera edo, gero ta frantsesagotuz, asimilaziora eta heriotzara. Diagnostiko hori gabe, posible ote da helburu egokia finkatzea, estrategia eraikitzea?


Septembre 2016

Kattalin Gorri - La Ceta (Accord Canada Europe) conclu depuis 2014 (le savions-nous ?) sera ratifié en septembre, par le Conseil européen. En vertu de cet accord il n’y aura pas d’obstacle pour le commerce avec le Canada. Là bas n’existent que les marques, pas les AOP. En plus le Canada ne veillerait pas à leur respect.

Quelqu’un pourra produire du jambon de Bayonne made in Canada ! Et le reste à l’avenant. Pas de droit de douane pour 75.000 tonnes de viande porcine et 50.000 tonnes de viande de boeuf canadien qui viendront bien sûr des fermes usines (3.500 vaches !).


« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

Txomin Davant - Pour que les bons peuples comprennent une fois pour toute, Jean-Claude Junker les avertit « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Comme le disait un certain Paquito « todo está atado y bien atado ».

Tous ceux qui prennent conscience de leur confinement dans ce corral politique sans débat possible, sinon pour le choix d’un proconsul, en tirent pour conclusion qu’il ne sert à rien de faire semblant de s’intéresser aux jeux politiques, ou bien ils s’orientent vers des options dont ils attendent le blocage du système. Les qualifier de « populistes » et faire comme si le problème qu’ils posent n’existait pas est-il une solution viable ?