Koko Abeberry


L’Europe libère les Preso

La décision prise le 21 octobre par les juges de STRASBOURG a provoqué une petite révolution en Espagne. Saisis par les avocats de la militante de ETA Inès DEL RIO pour une détention prolongée du fait de «la doctrine PAROT», ils ont déclaré celle-ci illégitime. Le lendemain Inès DEL RIO sortait de prison.

Il reste trente-six cas à régler. La doctrine PAROT a vécu.


Procès en rafale

La reprise des procès démontre que les Espagnols n’entendent pas lâcher prise.

Seule note d'espoir, la décision très attendue de l’Europe : la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg a exigé de l'Espagne qu'elle abandonne la doctrine Parot.


La France condamnée

Il arrive ainsi que les Etats se fassent sanctionner sur la gestion de leur justice.

Deux preso basques, membres présumés d’E.T.A., viennent de bénéficier d’une décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme de STRASBOURG.


Reprise des M.A.E.

Les mandats datent de juin. Jokin ARANALDE et Aitor ZUBILLAGA ont été interpellés, relâchés, et renvoyés devant la Cour d’Appel de PAU pour des M.A.E. lancés par les juges espagnols. Ils ont finalement comparu le 10 septembre.

Jokin ARANALDE, 67 ans, à qui on reproche des faits remontant à 2002, sera fixé le 24 septembre sur son sort. Aitor ZUBILLAGA, 36 ans, pour des faits de 2008, saura le même jour si les Espagnols auront envoyé à la Cour le complément d’information demandé.


Réconciliation, où es-tu ?

Il y a 16 ans, ETA assassinait le jeune Conseiller municipal PP Miguel Angel BLANCO. L’actuel maire socialiste de la commune a procédé à l’inauguration d’une stèle commémorant le drame. Il a constaté avec regret l’absence à la cérémonie des trois conseillers BILDU.

La justice espagnole, sur plainte de Dignidad y Justicia, va déférer le Maire de GERNIKA devant l’Audiencia Nacional. La municipalité avait récompensé Arnaldo OTEGI et Jesús EGIGUREN pour leur action en faveur de la paix. Mais cette distinction visant OTEGI est considérée comme une «apologie du terrorisme»…


Un M.A.E. refusé

Jokin ARANALDE et Aitor ZUBILLAGA attendront ce 16 juillet pour être fixés.

La Cour d’Appel de PAU a examiné le 9 juillet les M.A.E. espagnols. Pour le « vétéran » ARANALDE, accusé de recrutement et de renseignements pour ETA avant 2002, le Parquet a requis la remise à l’Espagne. Pour ZUBILLAGA, un complément d’information, car les faits, vieux de treize ans semblent presque anecdotiques.


Les aléas du M.A.E.

On savait les Espagnols mécontents du Rassemblement organisé le 15 juin à BIARRITZ en faveur des réfugiés et exilés.

Sur des bases incertaines, ils ont réactivé plusieurs Mandats d’Arrêt Européens (M.A.E.).


Pays Basque pas à vendre

Le gérant de l’agence immobilière ACTIF FONCIER de St Pée sur Nivelle a découvert le 3 juillet au matin les dégâts causés par une tentative d’attentat. Son local, situé à distance du bourg, a subi un départ de feu par cocktail Molotov lancé à travers la vitrine brisée.

Peint sur un mur, le slogan « E.H. EZ DA SALGAI ». C’est le troisième attentat de ce type depuis le début de l’année. La Section anti-terroriste du Parquet de PARIS a cru bon de s’emparer de l’affaire.


Speak English, SVP !

L'introduction de la langue anglaise comme langue d'enseignement au plus haut niveau des universités françaises, prévue par la loi Fioraso, suscite chez les intellecteurs de l'Hexagone de la perplexité si ce n'est une réaction de rejet.

Nous, Basques, dont la langue est volontairement minorisée par cette même élite, nous observons la querelle, amusés et narquois.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video