Archives du mot-clef : International


Manif « Eux, c’est nous ! »

L'Assemblée nationale adopte en première lecture la loi Asile-Immigration qui piétine l'humanité, au profit de la fermeté, de la fermeture, et de l'enfermement… y compris des enfants ! Le projet de loi honteux va désormais être débattu au Sénat pour revenir en seconde lecture à l'Assemblée Nationale.

Pour Bizi!, les choses sont claires : on lâche rien ! De nouvelles actions vont avoir lieu, et dans un premier temps, nous vous appelons à vous manifester nombreux-ses le mardi 1er mai, à 10h30, à Bayonne (après le Pont Saint-Esprit, côté gare) dans un cortège festif et déterminé « Eux c'est nous ! » . Nous clamerons haut et fort notre solidarité avec les migrant-e-s et les réfugié-e-s. C'est maintenant qu'il faut bouger, pour faire reculer ce gouvernement et ses politiques anti-sociales, anti-écologiques et anti-migrant-e-s ! (...)


Histoire locale des migrations

« Le peuple Basque est attaché à sa terre ». « L’enracine"ent des Basques dans cette partie de l’Europe est très ancien », « Le Basque est fier de ses racines », voici des phrases, prélevées au hasard d’interviews, de reportages ou du site d’une célèbre encyclopédie libre… toutes sont des assertions communément entendues, qui semblent bien caractériser l’image que les habitants de ce petit bout de terre renvoient à la face du monde. Loin de nous ici l’idée de négliger le lien fort qui lie les Basques à leur territoire, de balayer d’un revers de la main le caractère basque qui revêtent nos montagnes ou nos maisons, puisque les ancêtres de cette terre donnèrent un nom à chaque creux, chaque bosse, chaque espace d’herbe, de pierre ou d’eau. Cependant. Il nous faut bien, à l’aune de l’ensemble du savoir scientifique actuel, relativiser le caractère immémorial du fait basque sur cette terre.

Enbata.Info publie ici l'intervention complète qu'Antton Curutcharry, professeur d'Histoire et maire-adjoint de Saint-Etienne-de-Baïgorry, a effectuée lors du Forum "Penser l'immigration autrement, agir localement" le vendredi 20 avril dernier à Bayonne. (...)


Réfugiés climatiques

Outre ses ennuis domestiques bien réels mais non insolubles, l’Europe a deux gros soucis incontournables : d’une part le changement climatique, de l’autre l’afflux des immigrés, et les deux phénomènes sont liés.

On ne peut pas le nier, ni l’ignorer, car les faits sont là, éblouissants. (...)


Ouvrir sa porte

Jean-Daniel ELICHIRY, Directeur général d'Atherbea - Ouvrir sa porte à l’autre n’est pas un problème de serrurerie mais d’ouverture d’esprit « préparé ». Ce qui engage chacun d’entre nous à se « préparer » à la rencontre avec l’autre, inconnu.

Ce vendredi 20 et samedi 21 avril, le Collectif Solidarité Migrants ETORKINEKIN, les associations BIZI! et ATHERBEA organisent à la Cité des Arts de Bayonne un Forum, espace de présentation de la situation en matière d’immigration, de débats, de confrontations d’exposés d’expériences au moment où le projet de loi très controversé « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » est débattu au Parlement. Ce Forum servira d'antidote à la formule d'Averroès "L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence". (...)


Atherbearekin, duintasuna berreskuratu

Atherbea Ipar Euskal Herrian langabezia, baliabide eta aterberik gabe zailtasunetan diren pertsonei, bergizarteratzeko xedearekin harrera segurtatzen dien elkartea da.

Pantxika Ibarboure, Atherbea elkarteko Zuzendari Ordeak aurkezten digu elkarte horren ibilbidea eta migranteei buruz daraman lan berezia. Apirilaren 20 eta 21ean, ostiralean eta larunbatean, Atherbeak, Bizi! eta Etorkinekin kolektiboarekin antolatzen duen "Immigrazioa bestela pentsatu, hemen berean ekin" Foroan lan horren hurbilagotik ezagutzeko parada ukanen dugu ere. (...)


Eux, c’est nous !

Ce samedi 24 mars au rond-point de l’Europe de Biarritz, le mouvement Bizi a lancé une campagne de solidarité avec les migrant-e-s intitulée “Eux, c’est nous ! EtorkiZUna”. Alda reproduit ici la lettre ouverte qui en résume les motivations. Nous reprenons également ici le témoignage de Damien Carême, maire de Grande- Synthe, qui explique comment il est possible de traduire dans la pratique le “devoir d’accueil, d’asile et de solidarité” auquel appelle Bizi!

Damien Carême sera à Bayonne les vendredi 20 et samedi 21 avril, dans le cadre du Forum “Penser l’immigration autrement, agir localement” qui se tiendra à l’Auditorium Jean Grenet de la Cité des Arts. Il interviendra aux côtés de nombreux·ses spécialistes des migrations comme l’ethnologue Violaine Carrère ou François Héran, professeur au Collège de France sur la chaire “Migrations et sociétés”. (...)


De la morale en politique

L'Edito du mensuel Enbata - Cette dernière mise en examen de Sarkozy, si elle prospère judiciairement, peut devenir une affaire d’Etat sans précédent. Sans précédent par son ampleur, mais hélas pas nouvelle dans le paysage politique français où son mentor, Jacques Chirac, président de la République réélu fut, à sa manière, un repris de justice. Décidément la vertu, fondement de la démocratie, ne préside guère à la tête de l’Etat en France. C’est pourtant d’elle que procède l’autorité.

La justice espagnole, elle, s’exerce à d’autres jeux. Ne pouvant vaincre par les urnes l’irrédentisme catalan, l’Espagne instrumentalise son pouvoir de justice exploitant jusqu’à plus soif le référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre, suivi du vote de l’indépendance au parlement catalan, pour construire un crime de sécession. Ainsi, au coeur de l’Europe, l’exercice de la démocratie vous envoie en prison ou en exil. (...)


Camisole espagnole

L’arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne et l’incarcération de cinq députés par Madrid décapitent le mouvement indépendantiste catalan. Par la suspension de l’autonomie comme par l’action de sa “justice”, l’Espagne fait tout pour qu’un gouvernement fantoche, soumis à ses ordres, dirige le pays.

Elle bloque l’émergence d’une solution politique respectueuse des règles démocratiques et conforme à la demande des électeurs. (...)


La chute d’Afrin

Depuis cinq ans, Afrin faisait figure de havre de paix en Syrie. Mobilisée sur d'autres fronts plus urgents, l'armée Syrienne avait abandonné le canton d'Afrin aux forces kurdes du YPG en 2012. Mais depuis plusieurs semaines ce territoire est l'enjeu d'une attaque d'envergure de la part de la Turquie.

Voici un éclairage sur les raisons qui ont poussé le dictateur Turc à engager cette opération militaire contre les Kurdes.(...)