Archives du mot-clef : Ecologie


LGV : en cas de bonnes nouvelles, ne pas baisser la garde

Dans l'attente du rapport mobilité 21, qui pourrait reporter de plusieurs années le projet de LGV, l'heure n'est pas à la démobilisation. Si nous espérons de bonnes nouvelles, nous ne baisserons pas les bras en cas de résultats contraires. Nous ne nous résignerons pas !

Ce dimanche 23 juin, nous reviendrons sur le site de la stèle d’une tonne posée l’an dernier sur le tracé de la LGV. Devant cette stèle symbole de notre résistance nous reprêterons serment de s’opposer de toutes nos forces à ce projet.


Ehka Kola, bidezko alternatiba iraunkorra !

Carole Platero, Alterka kooperatiba-ko kidearekin Ehka Kola, Iparraldeko kola alternatiboari buruz solasean.

Alterka-rekin «Beste mundu bat posible da!» mezua luzatzen dugu horrelako mezuaren entzutera ohitura gutti duen publiko bati. Ehka-ren ezagutaraztea saiatzen gira horretarako erabiliz sare ezberdinak non jende ezberdina gurutzatzen ahal den: supermerkatuetako jastatzeak, facebook sarea, esku orriak tabernetan, prentsaurrekoak eta hainbat artikulu edo elkarrizketa hedabideetan.


Bizi!k Biarritzi, hitza hitz!

Biarritzeko Herriko Etxea txirrindula antolaketen mailan duela urte bat pasa engaiatu ondotik ezer ez da egina izan. Inguramenaren nazioarteko egunaren karietara, 2013ko ekainaren 5an asteazkenarekin, Bizi! Euskal elkarte altermundialistaren 110 kide eta aldekoek Biarritzeko lehen txirrindula bide antolaketa estreinatu dute.

"Trantsizio energetikoaren eztabaida betean, Herriko hauteskundeentzat urte bat baino guttiago eskas denean, garaia da herriko eta herri-elkargoetako politika anbiziotsuen galdegitea neurritasun energetikoaren eta beroketa klimatikoaren mailan."


Euskal Moneta réimprime 350 000 eusko

Le succès de l’eusko a dépassé les hypothèses les plus optimistes, puisque le stock de coupures d’eusko prévu pour deux ans a tenu quatre mois.

Un nouveau lot de 350 000 eusko a donc été imprimé en ce début juin, avec des coupures strictement identiques aux premières, et bénéficiant donc toujours des cinq systèmes de sécurité.


Construire un autre modèle, basé sur la justice sociale et environnementale

Comment associer contrainte écologique, objectifs sociaux et cohérence économique pour un développement durable ? Florent Marcellesi, ingénieur et urbaniste, chercheur écologiste et décroissant apporte ses réflexions et exemples concrets à Enbata.info.

«Nous avons besoin d'une transition écologique de l'économie et de la société : il s'agit d'une proposition de sortie ordonnée de l'économie de croissance et des logiques industrielles vers une autre société, où priment la soutenabilité, la qualité, la solidarité et la participation citoyenne.»


Attention, travaux

Aménagements cyclables à Biarritz : voyant que les engagements pris par la municipalité ne seront pas tenus, Bizi a annoncé son intention de passer à l'acte le mercredi 5 juin à l'occasion de la journée mondiale pour l'environnement.

L'association écologiste appelle tous les cyclistes du B.A.B. à la rejoindre pour créer un double sens cyclable rue Mazagran à Biarritz.


«L’eusko a déjà généré 3 000 euros de dons aux associations en trois mois»

Interview de Mendi Esteban (co-fondatrice de l'Association Euskal Moneta) - "Toute association peut bénéficier des 3% des conversions. Il faut pour cela qu’un minimum de 30 utilisateurs de l’eusko la désigne comme bénéficiaire lors de leur adhésion, et que l’association soit elle-même membre d’Euskal Moneta."

Le 3 juin nous ferons les comptes, et établirons la liste des associations ayant au moins obtenu 5 à 10 parrainages. Elles seront en quelque sorte «potentiellement bénéficiaires» des 3%.


Herri Urrats et la ZAD font tourner le monde

A Senpere, il s'agit de défendre une langue, une culture particulière. Vu d'ici ou d'ailleurs c'est une part de la diversité du monde. La force d'Herri Hurrats, avec d'autres, c'est d'avoir créé un moment accueillant autour de l'euskara, un moment festif qui donne envie.

A Notre Dame, il s'agit là aussi de défendre un espace particulier que certains veulent standardiser. Le site du projet d'aéroport présente des milieux naturels exceptionnels. Il compte nombre de terres agricoles, nourricières, depuis longtemps. Récemment de nouveaux habitants, ont choisit de mettre en culture de nouvelles terres comme acte de résistance.
Mais au delà de la contestation ils dessinent aussi l'avenir des lieux : cultivés, divers, ouvrant de nouvelles voies et au service des gens.


Ça va faire mal…

Entre deux actions, le travail de propositions sur les alternatives au tout voiture, la rédaction et la diffusion d’une «boite à outils» programmatique pour les candidat-e-s aux municipales de 2014, des conférences dans les lycées et les collèges etc., Bizi ! prend le temps de mener en son sein des débats de fond, sur les stratégies, sur les valeurs fondant son combat et la société qu'il entend contribuer à construire.

Quel que soit son mérite, son travail, sa prise de responsabilité, au nom de quoi donnerait-on le droit à une personne de pouvoir consommer dix mille fois plus de ressources de la planète ou de rejeter dix mille fois plus de CO2 ou d'autres types de déchets que n'importe quel autre être humain? Quel argument peut venir justifier cela? Vu sous l'angle écologique, la question d'un revenu maximum autorisé s'impose de manière évidente.